Article
Publié le 10.11.2022 à 15h14 Mis à jour le 11.11.2022 à 11h47

Les troupes luxembourgeoises à l’étranger et la place des civils dans l’Armée

L’évolution des choix de déploiement des personnels militaires luxembourgeois à l’étranger et les objectifs de recrutement dans l’Armée ont été débattus à la Chambre.

Photo © Armée luxembourgeoise

Départ du Mali, renforcement de la présence en Roumanie

 

25 personnels militaires luxembourgeois rejoindront un bataillon multinational en Roumanie dans le cadre du plan « enhanced Vigilance Activities (eVA) » de l’OTAN. C’est le principal changement d’affectation concernant les membres de l’Armée luxembourgeoise déployés sur le terrain à l’étranger. Ils y seront notamment affectés à des missions de reconnaissance.

 

Les députés ont voulu savoir s’il était opportun de se lancer dans un nouveau déploiement alors que le recrutement dans l’Armée soulève des questions, point qui était également à l’ordre du jour de la réunion jointe des commissions de la Défense et des Affaires étrangères de ce jeudi 10 novembre. Le Ministre de la Défense, accompagné de représentants de l’Armée, a répondu par l’affirmative. Son équipe souligne également que bien que le recrutement dans l’Armée nécessite des ajustements, il montrait des signes encourageants.

 

Le déploiement au Mali sera quant à lui allégé, avec un retrait complet de la mission « European Union Training Mission (EUTM) » prévu au 1er décembre 2022. Deux personnes restent affectées au Mali dans le cadre de la mission MINUSMA (United Nations Multidimensional Integrated Stabilization Mission in Mali).

 

Vers une plus grande place pour les civils dans l’Armée luxembourgeoise

 

Les normes de recrutement de l’Armée doivent faire plus de place aux civils. C’est l’objet du projet de loi 8057 qui était le second point abordé lors de la réunion.

 

En juillet 2020, le projet de loi 7664 prévoyait la mise en œuvre entre 2020 et 2026 d’un plan de recrutement de 30 militaires de carrière et de 15 agents civils, soit 45 agents par année. Le nombre de recrutements civils a été atteint, mais pas celui des 30 militaires. Le gouvernement souhaite ainsi abolir la limite chiffrée de recrutement afin de pouvoir recruter plus de civils, car des postes sont toujours à pourvoir.

 

Les députés ont voulu savoir si ces postes ne devraient pas plutôt être réservés à des militaires en fin de carrière qui ne répondent plus aux exigences physiques des emplois strictement militaires. Pour François Bausch et son équipe, rien n’empêche que des militaires occupent ce type de position, mais force est de constater que des effectifs sont nécessaires immédiatement, justifiant le besoin d’ouvrir davantage le recrutement aux civils.

 

Un budget en hausse de 20% pour l’Armée en 2023

 

La dernière partie de la présentation du Ministre de la Défense a été consacrée au budget de l’Armée.

 

Le budget total de l’Armée sera de 127.725.929 euros en 2023 contre 107.104.498 euros en 2022.

 

Le Ministre a réaffirmé que le budget de la défense devrait atteindre 0,72% du produit intérieur brut à l’horizon 2024. Il a également réitéré l’objectif d’atteindre 1% du PIB à l’horizon 2028 afin de se rapprocher davantage de l’objectif fixé par l’OTAN à ses membres et qui s’élève à 2% du PIB pour les efforts de défense.

 

Quant au fonds d’équipement militaire, il devrait être alimenté à hauteur de 210 millions d’euros en 2023 et dépenser 206 millions d’euros la même année.