Article
Publié le 27.10.2022 à 16h39 Mis à jour le 28.10.2022 à 06h56

« Le télétravail n’est pas une solution pour tous les problèmes. »

Le télétravail ne présente pas seulement des bénéfices, c’est ce qu’ont relevé les représentants du Conseil économique et social (CES) en Sous-commission « Télétravail » ce 27 octobre 2022.

Le Président de la commission de travail du CES en charge de l’avis « Le télétravail au Luxembourg», Jean-Jacques Rommes, a mentionné une partie d'inconvénients liés au télétravail tels que le risque d’isolement social des employés, l’affaiblissement de l’économie locale, les défis relatifs à la fiscalité ainsi que les questions juridiques concernant les frontaliers. Le télétravail n'est pas une solution aux problèmes qui se posent de nos jours comme le trafic routier ou l'empreinte écologique, selon Jean-Jacques Rommes.

 

Le CES est d’avis qu'il n'est pas nécessaire de légiférer en ce qui concerne le télétravail vu qu’un consensus entre les partenaires sociaux a été trouvé en 2020. L’avis « Le télétravail au Luxembourg » du CES de 2020 a servi de base au nouvel accord pour le télétravail entre les partenaires sociaux. Le CES distingue deux types de télétravail : le télétravail occasionnel qui ne doit pas dépasser 10% du temps de travail annuel et le télétravail régulier. 

 

Les représentants du CES ont encore relevé que le télétravail n’est pas possible pour toutes les professions et qu’il existe des traitements différents pour les employés résidents et frontaliers. Il existerait donc un risque pour la cohésion sociale. Un aspect qui a été évoqué à plusieurs reprises pendant l’entrevue de ce jeudi. 

 

Christophe Knebeler du CES a de plus attiré l’attention sur le fait que le télétravail ne doit pas être confondu avec le détachement, c’est-à-dire l’envoi temporaire d’un salarié sur le territoire d’un autre État membre de l’Union européenne. Une confusion qui se produit souvent, selon le syndicaliste.

 

Une autre question abordée pendant la réunion était celle d’une éventuelle adaptation de la loi sur l’organisation du temps de travail. En outre, les députés ont posé des questions sur le contrôle et la surveillance des employés optant pour le télétravail et l'importance de la déconnexion.