Article
Publié le 26.11.2021 à 12h54 Mis à jour le 09.08.2022 à 11h56

Bonne situation globale des recettes de l’Etat

Les recettes de l’Etat sur les dix premiers mois de l’année correspondent à 93,4% du budget voté pour l’année 2021. C’est une des conclusions du Ministre des Finances Pierre Gramegna, qui a présenté les chiffres au 31 octobre 2021 aux membres de la Commission des Finances et du Budget et de la Commission du Contrôle de l’exécution budgétaire.

 

L’Administration des contributions directes atteint au 31 octobre 90,2% du budget voté. Un chiffre nettement supérieur aux 83,3% du budget auxquels il faudrait s’attendre sur les dix premiers mois de l’année, a noté Pierre Gramegna. L’impôt sur les collectivités est un peu à la traîne, avec 81% du budget voté, en raison de la crise sanitaire, a expliqué le Ministre. « Une bonne reprise, mais nous sommes à des niveaux inférieurs à 2019 », a-t-il ajouté. Cependant, d’autres postes ont déjà dépassé 100% du budget voté. Il en est ainsi des revenus sur les capitaux avec 174,5%, de l’impôt sur la fortune avec 101,1% ou encore l’impôt par voie d'assiette avec 101,6% du budget voté.

 

L’Administration des douanes et accises atteint quant à elle 92,2% du budget voté. Le Ministre a donné quelques chiffres sur le débit de carburants par rapport à la même période en 2020 : +15% pour l’essence et le quasi statu quo pour le gasoil routier. Quant aux recettes, elles sont à la hausse de 25% pour l’essence et 13,7% pour gasoil routier. En revanche, en comparaison avec l’année 2019, en termes de quantités, il s’agit d’une baisse de 12,3% pour l’essence et de 22,5% pour le gasoil routier.

 

L’Administration de l’enregistrement et des domaines atteint 98,6% du budget voté, ce qui correspond à la quasi-totalité de ce qu’elle devrait percevoir sur les douze mois de l’année. Les droits d’enregistrement sont à 106,1%, la taxe d’abonnement à 115,6% et les droits de succession à 118,6% du budget voté.

 

Au total, les recettes des trois administrations représentent un montant de 15,481 milliards d’euros sur les dix premiers mois de l’année, soit une hausse de 17,3% par rapport à 2020 et 11,5% par rapport à 2019. « La situation globale des recettes est bonne », a noté Pierre Gramegna.

 

Quelques amendements pour le budget 2022 et le budget pluriannuel

Pierre Gramegna a précisé que les projets de loi 7878 et 7879 ont fait l’objet d’amendements suite aux différentes mesures gouvernementales qui ont été annoncées après le dépôt des projets de loi en question. Il en est notamment de l’augmentation de l’allocation sur la vie chère, des repas gratuits à l’école fondamentale, au lycée et dans les maisons relais ou encore la revalorisation des allocations familiales. « Toutes ces mesures doivent être inscrites au budget 2022 et au budget pluriannuel », a précisé dans ce contexte Pierre Gramegna.

 

Projections budgétaires du Ministère des Finances pour 2022

Le Ministre des Finances a également donné quelques détails sur les priorités de son ministère pour l’année à venir. Il s’agit notamment de la digitalisation de toutes les administrations qui dépendent du Ministère. L’acquisition d’immeubles pour les besoins de l’Etat est également une priorité pour le Ministre, ainsi que l’acquisition de terrains pour des projets d’infrastructure et de logement. L’engagement solidaire du Grand-Duché de Luxembourg pour l’Union européenne représente en 2022 une hausse de 384 millions d’euros et passe ainsi à 420 millions d’euros. La promotion de la place financière luxembourgeoise reste également une priorité pour le Ministère.