La conférence diplomatique fait une première escale à la Chambre

Interview
Publié le 15.05.2024 à 14h46 Mis à jour le 15.05.2024 à 16h00

Les chefs de missions diplomatiques luxembourgeois à l’étranger ont été accueillis ce mercredi 15 mai à la Chambre des Députés. Les diplomates luxembourgeois des quatre coins du monde étaient réunis au Grand-Duché pour la conférence annuelle de la diplomatie.

  1. 00:01:49

    Claude Wiseler, Président

La diplomatique parlementaire s’est intensifiée ces dernières années, a affirmé le Président de la Chambre des Députés, Claude Wiseler. À cet égard, il s’est félicité de la première rencontre entre les membres du Bureau et de la Commission des Affaires étrangères et européennes et les diplomates luxembourgeois déployés dans le monde entier.  

« La diplomatie parlementaire possède des caractéristiques particulières qui la différencient de la diplomatie traditionnelle »

Claude Wiseler, Président de la Chambre des Députés

Claude Wiseler a souligné « les caractéristiques particulières » de la diplomatie parlementaire, mettant en avant l’une de ses principales distinctions par rapport au gouvernement : la représentation de diverses opinions politiques au sein du Parlement.  Ainsi, lors de leurs missions et rencontres, les parlementaires expriment des opinions politiques qui peuvent différer des lignes gouvernementales. Cette indépendance confère aux parlementaires une « certaine flexibilité » et favorise des échanges « plus ouverts et directs », a-t-il expliqué aux nombreux diplomates luxembourgeois.

 

Il a encore expliqué que la voix du Parlement est particulièrement influente et doit être prise en compte par le gouvernement, surtout lorsque la Chambre s’exprime de manière unanime sur des questions de politique étrangère, comme cela a été le cas avec la résolution récemment adoptée au sujet de la situation au Proche-Orient. Le Président de la Chambre a insisté sur le fait que le Parlement est capable d’envoyer des « messages forts ».

La diplomatie parlementaire complémentaire à la diplomatique classique

 

Lors de l’échange de vues, les diplomates luxembourgeois ont mis en avant la « complémentarité » entre la diplomatie parlementaire et la diplomatie traditionnelle. Plusieurs ambassadeurs ont souligné que « le Parlement joue un rôle crucial là où le gouvernement, à travers ses diplomates, rencontre des obstacles ». Les diplomates luxembourgeois ont exposé leurs propos avec des exemples concrets.

Cette discussion a également permis de mettre en lumière les domaines où les échanges entre le corps diplomatique, les députés et l’administration parlementaire pourraient être intensifiés. Différentes possibilités pour créer des synergies dans ces domaines se sont dégagées des discussions.

Implication de la Chambre dans des organisations multilatérales

 

Les diplomates luxembourgeois ont souligné l’importance de la collaboration entre la Chambre des Députés et le Ministère des Affaires étrangères notamment au sein des organisations multilatérales telles que l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, l’Assemblée parlementaire de l’OTAN, etc. Un exemple cité est la collaboration entre la Chambre des Députés et la représentation permanente du Luxembourg au sein du Conseil de l’Europe. À partir de novembre prochain, et pour une durée de six mois, le Luxembourg assumera la présidence des Comités des Ministres du Conseil de l’Europe. La Chambre des Députés, par le biais de sa délégation parlementaire au sein de l’APCE, est fortement impliquée dans les activités de la présidence luxembourgeoise et organisera notamment en juin 2024 une conférence sur les Belarusses en exil.

 

L’implication et la coopération de la Chambre des Députés dans les organisations multilatérales se manifestent également par le détachement d’agents administratifs au sein de ces organisations. En plus du représentant de la Chambre des Députés auprès de l’Union européenne, Claude Wiseler a souligné que le Parlement a récemment détaché un agent à l’Assemblée parlementaire de la Francophonie (APF). Le Parlement finance également un poste au secrétariat international au sein de l’Assemblée parlementaire de l’OTAN afin de renforcer la résilience démocratique de l’Alliance, et un poste similaire est notamment prévu pour l’Assemblée parlementaire de l’OSCE.