Article
Publié le 24.11.2022 à 16h16 Mis à jour le 24.11.2022 à 16h55

Visite de travail d’une commission parlementaire de Géorgie

Le statut de candidat à l’adhésion à l’Union européenne (UE) revendiqué par la Géorgie, les répercussions de la guerre en Ukraine sur le pays et les relations entre la Géorgie et le Luxembourg figuraient parmi les sujets discutés ce jeudi 24 novembre.

Trois membres de la Commission des affaires étrangères du Parlement de Géorgie.

La demande de la Géorgie de devenir candidat à l’adhésion à l’UE avait été mise en attente en juin 2022. Les membres de la Commission des Affaires étrangères du Parlement de Géorgie ont avoué avoir été déçus de cette décision, surtout que le statut de pays candidat était accordé à l’Ukraine et à la Moldavie.

« Nos populations ont besoin de signaux positifs » a souligné un parlementaire géorgien.

Le pays ferait des progrès notables en ce qui concerne les exigences de la part de l’Union européenne : 11 des 12 recommandations devraient être réalisées jusqu’à la fin de l’année. Par ailleurs, le niveau de corruption serait très faible en Géorgie. 

Un des députés luxembourgeois a assuré aux représentants de la Géorgie que l’avenir de leur pays et de sa population se trouve au sein de l’Union européenne. Mais aussi que le Luxembourg soutient la souveraineté et l’intégrité de la Géorgie avec ses frontières reconnues au niveau international.

 

Les députés luxembourgeois se sont par ailleurs intéressés à la situation de la Géorgie en matière de sécurité depuis le début de la guerre d’agression de la Russie contre l’Ukraine. Un des représentants géorgiens a expliqué que la situation précaire en matière de sécurité n’était pas une nouveauté pour la Géorgie. Le pays souffrirait depuis une trentaine d’années de la stratégie d’occupation ou aussi d’annexation de la part de la Russie. Les régions de l‘Ossétie du Sud et de l’Abkhazie seraient toujours sous occupation russe, une situation qui a mené à quelque 250'000 personnes déplacées au sein du pays. Suite à la guerre d’agression de la Russie contre l’Ukraine, la situation précaire en matière de sécurité aurait simplement été accentuée. Un député géorgien a attiré l’attention des députés luxembourgeois sur le conflit entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie qui aurait aussi un impact sur la sécurité dans la région. La Géorgie aurait néanmoins autant la confiance de l’Azerbaïdjan que de l’Arménie et serait disposée à faire office de médiateur entre les deux pays.

 

Les parlementaires de Géorgie se sont accordés avec les députés luxembourgeois de la Commissions des Affaires étrangères et de la Défense que le Luxembourg et la Géorgie pourraient encore étendre leurs relations économiques.