Article
Publié le 28.04.2022 à 02h00 Mis à jour le 27.10.2022 à 15h53

Le gaz parfois 15 fois plus cher

Une loi doit permettre la prise en charge de certains frais par l’État pour compenser l’envolée des prix du gaz naturel.

Flamme bleue produite par du gaz

Le projet de loi 7980 doit permettre une compensation de l’augmentation du coût du gaz naturel, liée notamment au conflit russo-ukrainien. L’État prendrait ainsi en charge les frais d’utilisation du réseau de distribution de gaz naturel pour les utilisateurs ayant une consommation maximale de 65 mètres cubes par heure. Cette mesure s’appliquerait jusqu’au 31 décembre 2022.

 

« Les prix de l’énergie et surtout du gaz naturel connaissent une hausse extrême depuis plusieurs mois, et impactent de plus en plus la vie de la population » indique le texte pour expliquer cette mesure. Ainsi, les prix dépasseraient désormais « par moments les 300€/MWh, donc 15 fois plus que le niveau de prix usuel avant la crise sanitaire ».

 

Les députés ont globalement accueilli positivement le projet de loi. Ils ont demandé au Ministre de l'Energie Claude Turmes comment ces mesures sur le gaz s'articulent par rapport à celle concernant le mazout qui était à l'ordre du jour au sein de la Commission spéciale "Tripartite". Ils ont notamment voulu savoir si le montant final des compensations serait équivalent en termes de valeur pécuniaire aux 7,5 centimes par litre accordés pour le Mazout domestique.

 

Le Ministre de l'Energie Claude Turmes a affirmé que les compensations seraient sans doute d’une valeur monétaire légèrement plus élevée. Il a cependant ajouté qu’au final, les deux mesures seraient équilibrées car les prix du gaz ont augmenté plus fortement que ceux du mazout si l’on prend l’année 2019 comme point de référence.

 

Jessie Thill (déi gréng) a été nommée rapportrice du projet de loi 7980. Le texte pourrait être débattu et voté en séance plénière à la Chambre dès la semaine prochaine (semaine du 25 avril).