Artikel
Publié le 25.11.2022 à 16h18 Mis à jour le 25.11.2022 à 16h18

Mise en garde de la Cour des comptes sur la dette publique

La Cour des comptes pointe depuis plusieurs années les risques liés à la dette publique. Lors de la présentation de leur avis sur le budget 2023 ce vendredi, les responsables de la Cour des comptes ont recommandé aux membres de la Commission des Finances et Budget de renforcer la résilience des finances publiques et de concevoir une stratégie de rééquilibrage budgétaire proactive.

« Nous ne pouvons pas continuer comme les 15 dernières années. » C’est un des messages de la Cour des comptes énoncé ce vendredi 25 novembre lors d’une réunion avec les députés de la Commission des Finances et du Budget. D’autres crises vont surgir, la crise climatique risque d’engendrer davantage de coûts importants. C’est la raison pour laquelle la Cour des comptes veut inciter les responsables politiques à agir dans trois domaines : la transition énergétique, socio-environnementale et digitale de l’économie luxembourgeoise.

 

Une des pistes avancées par la Cour des comptes est par exemple d’élargir le comité de coordination tripartite en y intégrant des représentants des principales organisations écologiques. Actuellement, le comité est composé du gouvernement, du patronat et des syndicats. Cette idée a suscité maintes questions auprès des députés. Ceux-ci ont souligné que les représentants du gouvernement et des partenaires sociaux avaient leur légitimité par des élections. Ceci ne vaudrait cependant pas pour les représentants provenant du domaine écologique. Un autre député a expliqué que les acteurs réunis autour de la table des négociations lors des réunions de tripartite étaient bel et bien conscients de l’importance à attribuer à l’écologie et à la lutte contre le changement climatique. Ce député a regretté que l’avis de la Cour des comptes ait une touche politique. Une critique qui a été réfutée par les responsables de la Cour. Une autre proposition de la Cour des comptes est que le gouvernement présente chaque année une évaluation exhaustive des dépenses destinées aux politiques environnementales.

 

D’autres questions abordées lors de la réunion concernaient le seuil des 30% du PIB de la dette publique ou encore le triple A du Grand-Duché de Luxembourg. Un député de l’opposition a posé des questions sur le contrôle des chiffres budgétaires. Le parlementaire a voulu connaître l’analyse de la Cour des Comptes concernant le déficit prévisionnel de l’administration centrale pour l’année en cours.